Épisodes de « Ludographie »

Ludographie #45 – Inscryption

Inscryption (2021, Daniel Mullins Games) est un jeu d’horreur et de constructions de deck qui interroge notamment la façon dont le jeu vidéo écrit son propos, en relation avec les autres médias et notamment la littérature.

Ludographie HS.10 – Toonstruck (GrosPixels)

Dans ce dixième numéro « Hors-Série » de Ludographie, je lis et commente l’article que j’avais composé le 16 juin 2019 pour Grospixels, sur le jeu Toonstruck (1996, Burst Studio. Lien). En quoi ce jeu mélangeant animation et prises de vue réelles est-il notable ?

Ludographie #44 – DKC: The Trilogy

DKC: The Trilogy (2021, Andre Production) est un jeu de fans réalisé par une équipe brésilienne, qui combien les éléments des trois premiers Donkey Kong Country sur Super Nintendo pour proposer une aventure anniversaire, qui souffre néanmoins de problèmes de cohérence interne.

Ludographie #43 – Metroid Dread

Metroid Dread (2021, Mercury Steam) est le cinquième épisode de la série principale des Metroid. Le jeu propose une découpe particulière de son univers, puisqu’au lieu de proposer une seule et unique zone évolutive, il segmente indûment ses différentes zones, à la façon d’ailleurs dont il développe son propos.

Ludographie #42 – Hollow Knight (2)

Hollow Knight (2017, Team Cherry) est un « metroidvania » à l’architecture particulièrement élaborée, et dont la carte se construit par notre propre exploration et notre propre expérience du jeu, une fois un brouillon acheté auprès d’un cartographe. Cela a une grande influence sur notre relation aux environnements.

Ludographie #41 – Hollow Knight

Hollow Knight (2017, Team Cherry) est un « metroidvania » prenant place dans un ancien royaume, quasiment détruit. Nous en profiter pour parler dans cette émission de la poétique des ruines dans les jeux d’aventure, et la façon dont le jeu les exploite tant narrativement que ludiquement.

Ludographie #40 – Diablo II: Ressurected

Diablo II: Ressurected (2021, Blizzard) est la refonte graphique de Diablo II, et de Diablo II: Lord of Destruction sortis en 2000 et 2001 et développés par Blizzard également. La refonte est très fidèle à l’original, à contre-courant de ce que l’on observe aujourd’hui dans la préservation vidéoludique, ce qui nous interroge sur ces politiques patrimoniales.

Ludographie #39 – Deltarune (chapitre 2)

Deltarune: Chapitre 2 (2021, Toby Fox) est le second chapitre du jeu Deltarune, le premier ayant été offert gratuitement en téléchargement en 2018. Si trois ans séparent les deux chapitres cependant, l’histoire du second prend place le lendemain du premier au sein de la diégèse ; cela nous permet d’interroger la temporalité double du jeu vidéo dans certaines de ses expressions.

Ludographie #38 – Metroid Fusion

Metroid Fusion (2002, Nintendo) est un des épisodes les moins bien considérés de la série Metroid, et on lui reproche notamment sa linéarité par trop pesante. Pourtant, même Super Metroid était linéaire dans son déroulement, puisque nous demandant de respecter un certain ordre d’acquisition des objets pour progresser. Partant, on se demandera de quelle façon les métadiscours, portant sur le jeu, ont influencé sa réputation.

Ludographie #37 – Gorogoa

Gorogoa (2017, Annapurna Interactive) est un jeu d’énigmes où le joueur doit déplacer et superposer des éléments du décor pour créer de nouveaux chemins. Le jeu a été souvent appelé « artistique », notamment car il reprend des codes issus de l’art déco ou de l’art nouveau. Qu’est-ce que cela implique, cependant, pour l’art vidéoludique ?

Ludographie #36 – Super Mario Land 2

Super Mario Land 2 (1992, Nintendo) est un épisode un peu oublié, aujourd’hui, de la saga de Nintendo, exception faite de la première apparition de Wario, raison pour laquelle il est généralement cité. Il témoigne cependant, par le soin apporté à son univers, d’une évolution notable dans la stratégie de narration de Nintendo, qui ouvrira la voie aux futures aventures du plombier.

Ludographie #34 – A Link to the Past: Randomizer

A Link to the Past: Randomizer (depuis 2016), est une initiative de fans visant à modifier et à répartir aléatoirement le contenu des coffres de The Legend of Zelda: A Link to the Past (1991) afin de proposer une nouvelle expérience de jeu. Le jeu vidéo se prête, depuis ses origines, excellemment bien à ce principe, au contraire d’autres œuvres culturelles.

Ludographie #33 – Dragon Quest VII

Dragon Quest VII (2000, Enix), est le septième épisode canonique de la célèbre série de J-RPG, et au contraire des Final Fantasy qui renouvellent très régulièrement leur decorum et leur gameplay, cet épisode est d’une remarquable stabilité, voire d’une similitude presque anachronique et qui fait la crainte la redite. Cela est-il cependant gênant ?

Ludographie #32 – Angry Video Game Nerd

L’Angry Video Game Nerd (2004 – en cours), est une émission en ligne qui met en scène le personnage du Nerd, un passionné de jeu vidéo joué par l’acteur-scénariste américain James Rolfe et particulièrement outrancier. Le choix de ses « cibles » et des jeux dont il parle est cependant révélateur de l’évolution du métadiscours entourant le jeu vidéo depuis une vingtaine d’années.

Ludographie #31 – Mickey Mania

Mickey Mania (1994, Traveller’s Tales), est un jeu de plates-formes anniversaire, qui fait voyager la fameuse souris dans ses aventures passées afin d’empêcher Pat Hibulaire de modifier son histoire. Ce faisant, le jeu est à la croisée de l’adaptation et de l’encyclopédisme, et développe une réécriture mémorielle particulière, que nous étudions.

Ludographie #30 – Blaster Master Zero

Blaster Master Zero (2017, Inti Creates), est un jeu de plates-formes/actions, reboot de Blaster Master, sorti en 1988 sur NES. Malgré sa refonte graphique, sonore et ludique, le jeu est bizarrement daté, tant et si bien que l’on peut en être paradoxalement nostalgique : nous en explorons ici les raisons.

Ludographie #29 – Everhood

Everhood (2021, Foreign Gnomes), est un jeu d’aventure musical qui fait fortement penser à Undertale (2015, Toby Fox), tant et si bien que le rapprochement générique a semblé évident à tout un chacun. L’on s’intéressera cependant ici à la définition des « Undertale-like », et à ce qu’Everhood reprend, ou non, de ce modèle.

Ludographie #28 – Donkey Kong Country 3

Donkey Kong Country 3 (1996, RareWare), est le troisième épisode de la série sur Super Nintendo. Malgré la déception qu’il a pu représenter en son temps, il propose des éléments nouveaux et notamment une carte du monde à l’exploration plus ou moins libre, au regard tout du moins de la mode du temps. Cela nous permet de parler de la notion d’unité et de péri-vidéoludique, et d’analyse générique des jeux vidéo.

Ludographie #27 – The Legend of Zelda: Majora’s Mask

The Legend of Zelda: Majora’s Mask (2000, Nintendo), est un épisode atypique de la saga Zelda dans la mesure où le temps avance sans notre concours, là où les jeux d’action/aventure indexent généralement leur chronologie avec nos propres actions. Cela se traduit par un décentrage de la figure du héros, qui revient néanmoins dans une logique vidéoludique traditionnelle.

Ludographie #26 – Oddworld: New’n Tasty

Oddworld: New’n Tasty (2014, Just Add Water), est un remake d’Oddworld: Abe’s Oddysee qui met à profit les nouvelles avancées technologiques, graphiques et sonores mais, ce faisant, ne reprend pas le défilement pas écran strict de son prédécesseur, ce qui ne va pas sans une certaine modification du propos du jeu.

Ludographie #25 – Donkey Kong Country 2

Donkey Kong Country 2: Diddy’s Kong Quest (1995, RareWare), est un jeu de plates-formes parmi les plus connus de l’histoire du genre. D’une façon particulière du reste, il développe un discours méta-vidéoludique et semble apparaître comme une parodie de lui-même, et d’un jeu de plates-formes en particulier. 

Ludographie #24 – Loop Hero

Loop Hero (2021, Four Quarters), est un jeu d’exploration de type roguelike qui nous demande de progresser ad libitum sur un même sentier bouclant sur lui-même, que l’on modifie périodiquement grâce à des cartes ajoutant forêts, rivières et bâtisses. Nous expliquerons que ces itérations sont représentatives de l’essence vidéoludique en lui-même. 

Ludographie #23 – Adventures of Lolo

Adventures of Lolo (1989, HAL Laboratory), est un jeu d’action/énigme dans lequel les niveaux sont composés de tableaux fixes, sans défilement d’aucune sorte, et présentant tous les obstacles et éléments de réflexion dès son commencement. Il présente en ce sens une conception intéressante du jeu vidéo, qui s’appuie souvent sur la surprise et la rapidité.

Ludographie #22 – Final Fantasy VII

Final Fantasy VII (1997, Squaresoft), est le premier épisode de la saga Final Fantasy « classique » à sortir sur support CD-Rom, les épisodes antécédents étant sortis sur cartouche de jeu, sur Nes ou sur Snes. Le jeu sortit alors sur trois CD-Rom, ce qui a eu des conséquences sur l’écriture de l’histoire elle-même.

Ludographie #21 – Earthworm Jim

Earthworm Jim (1994, Shiny Entertainment), est un jeu de plates-formes/action caractérisé par un humour ravageur et des univers particulièrement étranges et insolites. Cependant, malgré l’incroyable diversité de cette aventure, le jeu parvient à conserver une identité forte et une certaine continuité de propos grâce à la permanence de son personnage principal.

Ludographie #20 – Metal Slug

Metal Slug (1996, Nazca), est un run’n gun parmi les mieux connus du monde de l’arcade, aux côtés des Contra, des Turrican et autres. Contrairement à ces derniers cependant, il prend le parti d’être plutôt réaliste, notamment en éliminant monstres et aliens de la distribution de ce premier épisode. Nous en profiterons alors pour réfléchir aux notions de parodie et de réalisme dans le jeu vidéo.

Ludographie HS.6 – La narration dans le jeu vidéo

Dans ce sixième numéro « Hors-Série » de Ludographie, nous recevons Laure de la chaîne Youtube « Game of Hearth », vidéaste et vulgarisatrice en féminisme et en économie politique. Elle parlera de sa relation à la narration dans le jeu vidéo, et à l’accomplissement qu’elle procure.

Ludographie #19 – Megaman X2

Megaman X2 (1994, Capcom), est un jeu d’action qui fait se confronter X, robot à l’intelligence élaborée se confrontant à des adversaires prenant l’apparence de robots s’inspirant d’animaux, tels des pieuvres, des autruches ou des buffles. Dans ce second épisode cependant, l’un des ennemis est un concombre des mers, ce qui ne peut qu’interroger.

Ludographie #18 – Disco Elysium

Disco Elysium (2019, ZA/UM), est un jeu de rôle qui met en scène les différentes facettes de la personnalité de son protagoniste, ce qui remplace effectivement les compétences traditionnellement rencontrées dans ce type de jeu. Ce faisant, il s’approche davantage de la littérature que de tout autre art.

Ludographie #17 – Hades

Hades (2018, SuperGiant Games), est un jeu d’action de type dungeon crawler s’inspirant de l’antiquité grecque. Sa particularité cependant, c’est qu’il incorpore dans son économie narrative les échecs successifs du joueur, et conditionne sa progression selon ceux-ci. Cela a une incidence décisive sur le rythme de la partie, contrebalançant la répétitivité inhérente au genre.

Ludographie #16 – Dark Souls

Dark Souls (2011, FromSoftware), est un jeu d’action/aventure réputé particulièrement difficile, et effectivement, nous y mourons souvent. Mais la mort, dans ce jeu, est parfaitement réinvestie dans l’expérience de jeu, et ne signe pas tant un échec qu’une conception spécifique du game-design.

Ludographie #15 – Into the Breach

Into the Breach (2018, Subset Games), est un jeu de stratégie type tactical RPG, dans lequel des soldats et soldates doivent affronter des envahisseurs insectoïdes. L’originalité du jeu consiste cependant en cela, que l’on sait à l’avance ce que feront les adversaires. Est-ce qu’un jeu privé de tout hasard ou de toute incertitude en devient-il, cependant, ennuyeux ?

Ludographie #14 – Discworld II

Discworld II (1996, Perfect Entertainment), est un des rares jeux vidéo non seulement adapté de l’univers de Terry Pratchett mais aussi, et plus largement, de textes littéraires. Si les adaptations issues du cinéma sont légion, peu de romans ou de nouvelles ont inspiré les équipes de développement… pourquoi donc ?

Ludographie #13 – World of Horror

World of Horror (2019, Panstasz), est un jeu d’aventure s’inspirant des mangas horrifiques tels ceux de Junji Ito, et reprenant la forme des jeux d’aventure micro des années 1980. Cependant, son interface est lourde, poussive, peu claire. Doit-on alors avoir plus peur de l’histoire, des images ou du gameplay ?

Ludographie #12 – The Secret of Monkey Island

The Secret of Monkey Island (1990, LucasFilm Games), est un jeu d’aventure qui prend le contre-pied parfait des jeux Sierra tels King’s Quest, au prix d’une artificialisation revendiquée de son univers qui se prête tant à une interprétation parodique que fantasmagorique. Et si le secret de l’île aux singes, c’était le game design ?

Ludographie #11 – Wild Gunman

Wild Gunman (1984, Nintendo), est un jeu de tir utilisant le zapper, le pistolet de la NES. Il s’illustre dans le film Retour vers le Futur II, où il est considéré comme antique, car exigeant de se servir de ses mains. Plus de trente ans plus tard pourtant, nous sommes toujours antiques… pourquoi ?

Ludographie #10 – Super Mario Sunshine

Super Mario Sunshine (2002, Nintendo), est un jeu atypique dans le spectre des jeux de plates-formes 3D du plombier. Plus que son gameplay unique, il y a une forme de réalisme inédite à l’œuvre ici, qui donne une couleur particulière à l’ensemble.

Ludographie #9 – Celeste

Celeste (2018, Matt Makes Games), traite entre autres choses de l’anxiété et de la dépression. Il est cependant intéressant de voir que sa difficulté et sa progression ludique épousent son propos, en écho avec ses phases dialoguées.

Ludographie #5 – Grim Fandango Remastered

Dans Grim Fandango Remastered (2015, Double Fine Productions), réédition du célèbre jeu d’aventure de Lucas Arts initialement sorti en 1995, l’équipe de développement, Tim Schafer notamment, propose des pastilles audio nous en apprenant davantage sur la genèse du projet. Ce making-of simultané change cependant notre rapport au jeu, notamment pour celles et ceux n’ayant pas connu l’original.

Ludographie #4 – Yoshi’s Island

Dans Yoshi’s Island (1995, Nintendo), toute l’aventure se déroule sur l’île qui donna son nom au jeu, peuplée d’étranges créatures dont certaines deviendront, grâce à la magie de Kamek, des patrons. En y regardant bien, ce n’est pas la seule promotion que ces créatures subissent : et la gestion de ces ennemis dans le jeu nous en apprend beaucoup sur l’univers du jeu.

Ludographie #3 – Rayman

Dans Rayman (1995, Ubisoft), le fameux héros démembré doit secourir les electoons, aidé en cela par la fée Bétilla. Elle lui offrira de nombreux pouvoirs… dont des capacités qui sembleraient pourtant évidentes, comme lancer son poing ou se suspendre aux corniches. N’est-il donc pas le héros ? Qu’est-ce que cela signifie ?

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :